Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le phénomène Flammes Jumelles fait de plus en plus parler de lui. Ce qui est décrit de ce parcours peut aider, autant qu'il peut enfermer. C'est pourquoi j'ai eu envie de mettre mon grain de sel de psy pour offrir ce que j'aurais aimé trouver, pour décortiquer tout cela et aider à avancer vers un mieux-être, individuel et (peut-être) conjugal. Un pont entre le psy et l'énergétique qui pourra, finalement, profiter à tous ceux qui se sentent mal dans leur couple, qu'ils se reconnaissent dans les Flammes Jumelles ou pas. Du moins c'est ce que je leur souhaite de tout coeur.

Je vois, je vois … (Ma vision de la loi d'attraction)

Je vois, je vois … (Ma vision de la loi d'attraction)


Quand on peut matérialiser nos désirs

 

J’ai découvert « la loi de l’attraction » il y a plus de 20 ans : ma tante, un peu hippie, appelait l’ « Univers infini » pour réaliser ses vœux. Ça n’avait pas l’air de beaucoup fonctionner et je dois bien avouer que tout le monde se moquait gentiment d’elle.



Plus tard, j’ai eu l’occasion de regarder « Le Secret ». Et, si j’avoue avoir encore bien rigolé de la mise en scène très américaine et des témoignages un peu trop « gros », ça m’a pas mal fait réfléchir sur la vision que nous choisissions d’avoir sur notre vie.
Cela faisait alors pour moi référence à ce qu’on appelle en systémique la « prophétie auto-réalisatrice » qui nous dit en gros : « être en permanence dans l’angoisse qu’un accident arrive équivaut à lui dérouler le tapis rouge ». Je n’avais jamais envisagé que cela pourrait s’appliquer aussi au positif.



Quelques années plus tard, en plein parcours FJ côté sombre, j’avais trouvé dans la maison de mon amie Catherine un refuge bienveillant pour quelques jours. Un matin, elle m’avait fait la surprise de m’offrir un bon jogging pilou pilou, le nec plus ultra pour ces périodes down, et un livre : « Techniques de visualisation créatrice ». Ce livre avait changé sa perception des choses. Il pourrait peut-être m’aider aussi.


J’ai commencé à le lire, à m’imprégner de cette vision, très différente de celle que l’on a aujourd’hui, en tout cas dans notre monde occidental. Cette approche me plaisait car, au contraire du "Secret", elle mettait l’accent sur l’importance de l’objectif, que celui-ci soit éthique, corresponde à une bonne cause et donc à qui nous sommes, profondément.

Lorsque j’ai fait les exercices, j’ai pu comprendre, à l’intérieur de moi, comment formuler un objectif qui nous corresponde réellement.
A ce moment, les finances étaient un point très compliqué. Depuis peu en France, j’avais un peu de mal à me faire connaître et je ne vivais pas encore de mon travail.
J’ai donc demandé, ou plutôt imaginé que j’avais un compte en banque bien rempli.
Mais c’est étrange à expliquer, cela ne me faisait pas du tout vibrer.
Je me suis donc questionnée : est-ce que c’est ça le plus important pour moi ? Non, certes j’avais envie de ne pas m’inquiéter à chaque fin de mois, mais ce n’était pas ce qui me semblait prioritaire. Ce que je voulais, réellement, c’était aider des gens, tout en conservant aussi suffisamment de temps pour vivre des choses pour moi.
J’ai alors visualisé mon agenda, rempli comme cela me semblait correct et en me disant que cet agenda serait en permanence rempli de cette manière.

Et très rapidement, un truc super drôle s’est mis en place : non seulement le bouche à oreille a commencé à fonctionner, mais en plus dès que je terminais un suivi avec quelqu’un (ce qui arrivait régulièrement, mon approche étant une thérapie brève), quelqu’un d’autre m’appelait dans la foulée. Au début c’était quelques jours plus tard, puis ce fut dans la même journée. Le truc complètement foufou, quoi !



Le truc qui marche aussi du feu de Dieu, c’est les places de parking ! Apparemment c'est un grand classique. Depuis que j’ai commencé, je n’arrive plus jamais en retard à mes rendez-vous parce qu’une place m’attend toujours pile devant mon lieu de destination. Je n’ai plus à faire des kilomètres sur les parking des magasins parce que je trouve pile devant l’entrée, ou devant les caddies selon ce que je demande (parce qu’au Lidl par exemple, c’était bien gentil de me réserver ma place devant l’entrée alors que les caddies étaient tout au bout… depuis, je ne me fais plus avoir :D )
 

Le truc le plus incroyable a été… ma maison !
Allez je vous raconte ! J’étais allée donner une formation à Vienne, quelques jours de suite. Je me souviens avoir fait, toute seule dans ma voiture « WAW » en voyant les paysages autour, les collines, les vignes… A tel point que j’avais fini par emmener un flyer de l’office du tourisme, avec les photos de la région, en me disant « Il faut que je vive vers ici plus tard, c’est tellement beau ! »
Un peu plus tard, j’avais fait une méditation où je voulais visualiser « ma vie dans 10 ans ». J’avais vu une super maison blanche, avec un jardin. Cette maison était tellement belle, ne ressemblant à rien que je connaissais, qu’elle est restée gravée dans mon esprit.
Il y a bientôt trois ans, nous allions quitter notre minuscule appartement de la région lyonnaise pour aller… ben on ne savait pas. Nos moyens n’étant pas extraordinaires c’était compliqué.
Au moment de nos recherches, je ne sais toujours pas d’où est sorti ce truc, mais sur mon imprimante trônait… mon flyer de Vienne, plus vu depuis des années !
On a visité deux maisons, l’une où je suis arrivée très en retard à cause d’une multitude de merdes sur la route, l’autre qui n’était normalement pas encore libre à la date de notre départ de Lyon mais pour laquelle on a tenté parce « on ne savait jamais » et pour laquelle les propriétaires nous ont fait signer le jour de notre visite parce que le feeling était vraiment bon !
Je vous laisse deviner comment est cette maison. Blanche, avec un jardin. Et à proximité des champs de vignes qui m’avaient fait chavirer le coeur.


Bon, c’est bien beau tout ça, Florence, tu nous racontes ta petite vie. Mais si ça marche, ça marche avec tout ?


Et bien j’aimerais vous dire que oui. Parce que, effectivement, j’ai fait ensuite des recherches sur le pourquoi du comment, c’est dans notre cerveau que beaucoup de choses se passent. Si on l’aide à ancrer en nous ces objectifs, il est probable qu’il va être plus ouvert aux occasions de les atteindre. (Vous savez, c’est un peu quand on achète une voiture jaune en se disant qu’on va sortir du lot, puis qu’on va voir à quel point il y en a autour de nous.)
Par contre, il y a des choses contre lesquelles on ne peut pas grand-chose.

Mon agenda, on peut se dire que je suis dans une optique, avant tout, d’aide de l’autre. Je pense que cela fait partie de ma vocation… On peut donc se dire qu’il est normal que tout s’aligne puisque c’est dans l’idée du don, de l’amour.
La maison, c’est probablement très neuroscientifique. Je voulais tellement cette maison blanche, j’aspirais tellement à la campagne que j’ai orienté mes recherches vers cela. Même si c’était en partie inconscient.

A côté de cela, il y a probablement plein de choses que j’ai rêvées et qui ne sont pas arrivées. Ça ne devait pas être si important puisque je ne m’en souviens plus.
(Et peut-être que ce n’est pas arrivé parce que ce n’était pas si important.)

Pendant des années aussi, j’ai visualisé une relation équilibrée, épanouie, aimante… (Je me doute que c’est cette partie qui vous intéresse. Petit spoil : je n’ai malheureusement pas de recette miracle pour vous) Et je me disais « mais pourquoi est-ce que les places de parking ça marche, mais que ça, pas du tout ? »


Et aujourd’hui, j’ai un petit bout de réponse :
- Parce que je devais moi aussi agir pour que ça puisse arriver. J’avais, alors que je pensais que non, un travail énoooorme à faire sur moi.
- Parce que cela ne dépendait pas que de moi. Et que ce quelqu’un dont j’attendais un changement complet d’attitude et d’engagement dans la relation avait lui aussi un énoooorme travail à faire sur lui. Et ça, c’est le premier principe en thérapie (et dans la vie) : tu ne peux pas changer l’autre. Si tu estimes qu’il est à l’origine de ton problème, tu restes quand même le seul à pouvoir agir.

 

Du coup, la visualisation créatrice, c’est vraiment top. Mais cela demande de savoir vraiment où on veut aller, ce qui est juste pour nous, quelles sont nos valeurs. Cela demande aussi de la patience. Car on sait où on va, mais pas quand , ni comment.
L’Univers Infini (coucou tante Colette!) décide parfois de nous faire passer par des chemins auxquels on ne s’attendait pas.
 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article