Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le phénomène Flammes Jumelles fait de plus en plus parler de lui. Ce qui est décrit de ce parcours peut aider, autant qu'il peut enfermer. C'est pourquoi j'ai eu envie de mettre mon grain de sel de psy pour offrir ce que j'aurais aimé trouver, pour décortiquer tout cela et aider à avancer vers un mieux-être, individuel et (peut-être) conjugal. Un pont entre le psy et l'énergétique qui pourra, finalement, profiter à tous ceux qui se sentent mal dans leur couple, qu'ils se reconnaissent dans les Flammes Jumelles ou pas. Du moins c'est ce que je leur souhaite de tout coeur.

Etre FJ, c’est être destiné à vivre une relation amoureuse où on en bave ?

Etre FJ, c’est être destiné à vivre une relation amoureuse où on en bave ?

Dans cette question, j’ai regroupé plusieurs des vôtres : est-ce que la FJ se vit obligatoirement dans l’amour romantique ? Est-ce que c’est toujours difficile ? Est-ce qu’on rencontre toujours notre jumeau ?

Parce que la réponse est simple : je n’en sais absolument rien !

 

Voilà.

 

Quoi vous voulez que j’aille plus loin ?

 

Alors, déjà de manière globale, comme je le disais dans un post précédent : les FJ, cela repose sur des croyances. On a élaboré un concept selon des faits observés et des ressentis. D’ailleurs si on lit un peu sur le sujet, dans les livres ou sur le net, on verra que tous les thérapeutes ou théoriciens ne sont pas forcément d’accord. On peut même voir des petites guèguères qui me font dire que vu cette bataille d’égo, ils n’ont probablement pas atteint, comme certains le disent, la complétude.

 

Concernant par exemple les types de relations karmiques, on observe une tendance générale de classification des flammes jumelles (qui ne se vit que de façon amoureuse), des âmes jumelles (souvent des relations impossibles avec l’un des deux qui est inaccessible), les âmes sœurs (qui touchent tous types de relation et où ça se passe comme chez les bisounours en gros)… Certains parlent même de faux jumeau…

 

Mais j’ai découvert ce phénomène il y a plusieurs années sous l’appellation « âmes soeurs », dans le magazine OpenMind. Où l’auteur expliquait que ce type de relation qui semblait être une évidence au départ, sans que cela s’explique, devenait très difficile de par les effets miroirs et existait finalement pour nous permettre de progresser. Ces relations très fortes pouvaient être autant des relations amoureuses, qu’amicales ou encore que familiales.

Or dans d’autres approches, on décrira plutôt les relations d’âmes sœurs comme faciles tout autant qu’évidentes.

 

A la question de toujours rencontrer son jumeau, ou même de savoir si c’est toujours difficile… Je dirais qu’on ne sait qu’on est FJ qu’à la condition de rencontrer notre jumeau avec qui ça sera difficile (puisque si c’est facile, on ne va pas se questionner). Il est donc probable que notre jumeau soit sur la terre dans le même temps que nous, mais que nous ne le rencontrions pas. Personne ne peut le savoir.

 

Toujours est-il que, me semble-t-il, il n’est pas possible d’affirmer avec certitude une Vérité sur ce sujet. Et ce n’est pas grave !

 

Je n’ai jamais aimé les étiquettes. C’est probablement en partie pour cela que j’arrive à me détacher de ces théories et à prendre ce qu’il y a à prendre pour chacun.

 

En gros :

* "c’est si facile, c’est merveilleux"

        → youpi, profitez !

* "nom d’un petit bonhomme, c’est dur !"

        → comment aller mieux ?

        → qu’est-ce que cette expérience vous apprend sur vous/la vie ?

 

C’est un peu simpliste ? Oui c’est vrai ! Mais est-il vraiment nécessaire de couper les poils de fesses en 4 ? Ne peut-on pas réapprendre à ressentir, à vibrer, à se laisser porter plutôt que tout intellectualiser sans arrêt ?

 

FJ, âme sœur, âme jumelle, ou juste humain, ne sommes-nous pas là pour cheminer ? Ou même pour se foutre la paix, simplement, si on a trouvé ce qui nous satisfait et que c’est ok comme ça ?

 

Puis … une question qui me vient, là, comme ça : est-ce que se dire que, parce qu’on est FJ, il va falloir en rajouter une couche de souffrance/réflexion/spiritualité/travail pour « y arriver », à la complétude, et pourquoi pas la réunion « parce que c’est pour le bien de l’humanité », est-ce que ça ne met pas la pression de ouf ?

Est-ce que ce n’est pas surtout flatteur pour notre ego ? Est-ce que ça ne risque pas de nous pousser au burn out spirituel ?

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article