Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le phénomène Flammes Jumelles fait de plus en plus parler de lui. Ce qui est décrit de ce parcours peut aider, autant qu'il peut enfermer. C'est pourquoi j'ai eu envie de mettre mon grain de sel de psy pour offrir ce que j'aurais aimé trouver, pour décortiquer tout cela et aider à avancer vers un mieux-être, individuel et (peut-être) conjugal. Un pont entre le psy et l'énergétique qui pourra, finalement, profiter à tous ceux qui se sentent mal dans leur couple, qu'ils se reconnaissent dans les Flammes Jumelles ou pas. Du moins c'est ce que je leur souhaite de tout coeur.

Chaser/anxieux, même combat

Chaser/anxieux, même combat


Le style d’attachement prend sa source dans la petite enfance, le plus souvent dans les deux premières années. J’aborde ici l’un des trois style d’attachement anxieux, j’aborderai un second dans un prochain post. Le troisième est une ambivalence entre ces deux.

Les insécures anxieux représentent environ 10 % de la population. Souvent, dans notre culture, du moins, les femmes sont un chouïa plus représentées dans ce « groupe ».

Leurs parents, pour des raisons qui leur appartiennent, n’ont pas pu répondre à leurs besoins de manière régulière, adéquate et dans un délai appréciable. Il ne s’agit pas forcément de maltraitance ou de négligence, simplement ces parents ne savaient pas faire. Ils pouvaient par exemple être pris par leurs propres peurs et surprotéger l’enfant par rapport à des choses qui leur faisaient peur à eux, mais en réalité pas à lui, et a contrario ne pas être suffisamment présent pour les choses qui lui faisaient réellement peur.
Du coup, l’enfant, pour être entendu, compris, pour que ses parents réagissent, va développer une surexpression de ses besoins.
Par la même occasion, il va aussi tout ressentir plus fort : ses besoins tout comme ses émotions.

Plus tard, l’adulte aura une vision de l’amour absolu. Pour lui il existe, mais il ne s’en sent pas forcément digne.
Ils vont d’ailleurs souvent utiliser le sexe pour se sentir proche de leur partenaire, même lorsqu’ils n’en ressentent pas l’envie. C’est un peu comme si le sexe était « mentalisé » : « il faut qu’on fasse l’amour souvent, ça prouve que tout va bien » ou encore « peut-être que comme c’est top à ce niveau il m’aimera plus, ou n’aura pas envie d’aller voir ailleurs ».
Comme ils ne se sentent pas dignes, ils vont en faire des tonnes, et vont être capables de donner énormément d’eux, jusqu’à s’oublier. Ce qui peut être frustrant car, cette façon de se consacrer à leur « autre » finit par leur sembler normale, et ils en veulent à leur partenaire de ne pas donner autant. Preuve, pour eux, qu’ils ne les aiment pas tant que ça.

Dans la relation, ils vont être aux aguets du moindre problème. Ayant développé très jeunes une sensibilité et un sens de l’observation aigus, ils vont percevoir très rapidement les micro-éloignements de leur partenaire. Ils vont ressentir une inquiétude disproportionnée, être submergés par un flot d’émotions négatives incontrôlables.
Ils ont tellement peur d’être abandonnés ou rejetés.

Malheureusement, les comportements qu’ils vont adopter pour pouvoir être rassurés vont avoir l’effet inverse : cela fait fuir car ils peuvent devenir agressifs, ou tout du moins étouffants et donc, n’ayons pas peur des mots, carrément chiants.

Lorsque, en outre, ils ont en face une personne qui se sent vite étouffée, ça détonne.

 

 

Retour à l'accueil
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article